Le grand Veymont 

Nous partîmes cinq mais surtout de bonne heure car Gresse-en-Vercors à beau avoir Vercors dans son nom, cette commune n’est pas située sur le plateau mais au niveau du balcon est. Ce qui signifie qu’il nous faut repasser par Grenoble, soit 1h30 de trajet aller. Cela permet de retrouver les sommets maintenant familiers (Pic Saint Michel, Moucherotte, Moucherolle. ..) mais vu d’en bas. Avec le soleil qui éclaire par l’Est le matin, le balcon est illuminé, c’est superbe.

Vue du parking, c’est déjà chouette !

Nous démarrons vers 9h30 et le sentier ne tarde pas à grimper à travers un sous-bois. Puis nous débouchons sous le Pas de la Ville.

Le grand Veymont est à gauche, toujours la tête dans le nuage.
En direction du Pas de la Ville

Ensuite le sentier monte tranquillement jusqu’au Pas de la Ville.

Après une pause, nous entamons le passage un peu plus difficile, le sentier grimpe en virages serrés puis rejoint un couloir de pierres sur la droite. L’air devient minéral, ça sent bon la montagne entre ces deux parois.

Là les randonneurs sont accueillis par un bouquetin salarié de l’Office de Tourisme de l’Isère, juste à l’entrée du Parc Naturel du Vercors !

Selfie pris au retour

Nous pique-niquons avant de poursuivre maintenant sans difficultés jusqu’au sommet.

Doudou a réussi !!

Pour faire avancer Héloïse, c’est très simple : il faut lui raconter des histoires. Tout le répertoire y est passé, depuis le classique « Le vilain petit canard » jusqu’au résumé de dessins animés comme « Kiki la petite sorcière » en passant par des biopic plus ou moins inventés (Robert Surcouf …) Si elle n’a  plus rien à écouter, rapidement surgit la litanie des petits bobos : j’ai mal au ventre, j’ai mal aux pieds … et il faut vite trouver une nouvelle histoire.

Le Mont Aiguille

La vue est complète depuis le sommet : le balcon est, la réserve naturelle et le Mont aiguille où un avion a même réussi à  atterrir.

La famille idéale : papa, maman et deux enfants

Nous observons également la famille bouquetin avec ses deux enfants.

Vient le temps du retour où nous croisons une marmotte et un écureuil.

Arrivée à la voiture 18h30, ouf !

But de Nève 

La menace de la pluie dans l’après-midi nous a fait choisir une courte randonnée tout au Sud du Vercors avec vue sur l’Obiou et le Dévoluy.

Nous commençons par le sentier des mulets, accroché à la paroi verticale.

Après ballade en sous bois avec une belle cabane où nous hésitons à abandonner les enfants.

Mais peu après, surprise ! Le sentier disparaît et nous partons pleine pente.

Nous surveillons les nuages qui arrivent du Nord et nous redescendons sous les premières gouttes de pluie.


L’après-midi est consacré au Musée de la préhistoire.

Tout le monde s’amuse dans le bac à silex

Il est construit au dessus d’un site de taille de silex vieux de 4500 ans.

Téléphone arabe

Maman dit :

Ne bois pas toute la bouteille d’un coup sinon tu vas te sentir comme une outre.

Une heure plus tard, Héloïse nous déclare :

Je me sens loutre.

Dans la descente, Bilal nous dit après avoir fini sa bouteille :

Je me sens marmotte.

Une autre 

Héloïse s’étonnait de voir de l’eau sur l’herbe ce matin. Alors je commence à lui expliquer que la nuit, l’air devient froid …

Héloïse me coupe :

Je sais, maman m’a expliqué et ça s’appelle l’arrosage.

Je m’estime heureux qu’elle n’ait pas dit : le rosé.

Le bec de l’Orient

Randonnée tranquille aujourd’hui dans la pointe nord est du massif du Vercors. Le coin est très fréquenté ou alors c’est parce qu’on est samedi.

On a croisé un drôle de mausolée dédié aux bâtons de randonnée au pas de la clé.

Puis une vue superbe par temps dégagé, le regard porte très loin.

Enfin un beau point de vue en surplombant une cheminée.

Aucune difficulté donc si ce n’est de devoir supporter les mouches.

De retour au gite, Quentin s’est jeté sur son livre ; Bilal sur mon smartphone pour jouer et Héloïse sur le transat.

Doudou

Il n’a pourtant pas démérité ce doudou depuis le début des vacances.


Il est d’un caractère courageux et aime bien marcher.

Quand le vent est froid, il ne refuse pas un séjour dans la capuche.

Sa maman, c’est Héloïse ; son papa qui a mis un peu de temps à admettre sa paternité, c’est Quentin. Ce qui fait que Christelle et moi sommes devenus mamie et papi !

Petite soif à étancher
Il soigne également les bobos.

Aujourd’hui, journée repos pour jouer à Carcassonne où Quentin nous a montré qu’il avait compris le mécanisme de majorité. Une partie de héros à louer, deux parties de Can’t stop, Souris des champs…